En première page – 22 avril 2021

Bienvenue à l’Auberge L’Intermède du lac !

C’est en date du 1er mars dernier que les propriétaires et exploitants de L’Intermède du lac ont procédé à l’achat de l’Auberge de la Chanterelle sise près de la rive du lac Aylmer et à proximité de la marina de Disraeli.

Cette transaction a agréablement surpris le milieu. Elle implique des gens crédibles et respectables des deux côtés et recèle une garantie locale de maintien d’une offre de qualité dans le secteur de la restauration.

Photo par Jean-Denis Grimard

Plusieurs raisons expliquent cette acquisition majeure. Le duo Véronique Béliveau et Éric Roy, conjoints dans la vie de tous les jours et grands-parents, lorgnait ce site patrimonial offrant des chambres et possédant une cuisine déjà équipée et des emplacements pour la restauration. D’abord, le lieu où ils tenaient leur restaurant au centre-ville devenait de plus en plus exigu et inapte devant la demande populaire. Puis, la pandémie, qui les a contraints à la fermeture temporaire du restaurant, leur a néanmoins permis de convertir avec succès leurs activités sous forme de prêt-à-emporter. Enfin, constatant que cette dernière initiative répondait à un besoin, d’une part, et que, d’autre part, l’Auberge de la Chanterelle des copropriétaires Diane et Gérard Nadeau était à vendre, la décision en vue d’en faire l’achat fut rapide ainsi que le déménagement, car les deux parties se sont échangé leur lieu de résidence dans la même journée. « C’est simple, le besoin d’agrandissement s’imposait et ce n’était pas possible au local de la rue Laurier. »

Le parcours professionnel du duo peut surprendre de prime abord. Rien ne semblait prédestiner cette orientation dans la restauration, sauf que, les événements contenant des messages, le couple fut réceptif aux signes qu’ils dégageaient. « La demande a toujours poussé ; le client en voulait toujours plus », explique le duo. Invités à expliquer leur succès, Véronique et Éric affirment spontanément leur bonne relation avec la clientèle. « C’est la base du succès, se rendre proches, être attentifs ». Puis, il y a évidemment « la bonne bouffe, différente et originale dans le coin ». Ils soulignent aussi le bon service aux tables ainsi que la complicité entre eux. « Il faut être passionné pour avoir un resto. »

L’Auberge L’Intermède du lac ouvrira sa salle à manger au début du mois de mai. Éric procède actuellement à l’agrandissement de ce local de 70 places assises avec vue sur le lac. Ce sera le même menu, table d’hôte dans le créneau bistro, avec le même chef, William Lafontaine. La construction d’une terrasse extérieure donnant sur le lac et pouvant contenir autant de places sera réalisée avant le début de mai. En parallèle, on maintiendra l’offre du prêt-à-emporter à l’ancienne adresse.

La complémentarité qui alimente l’unité du duo Véronique et Éric s’avère précieuse ; elle est visionnaire et créatrice tandis qu’il est réalisateur-exécuteur. « J’adore l’action, j’aime les projets ; je visualise, et lui, il les réalise, de dire Véronique. On adore travailler ; on travaille avec notre cœur et on fait de notre mieux. » Le couple est unanime à reconnaître l’importance et la qualité de son personnel, qui compte une douzaine d’employés à temps plein et autant à temps partiel. La rétention du personnel confirme la qualité des relations. « Nos employés sont super ; c’est un cadeau, affirment-ils. Ça nous fait de la peine de voir un employé qui part ! »

Voilà un jeune couple d’investisseurs qui brassent la soupe dans la communauté. Aux yeux de plusieurs, ils sont des bâtisseurs, des développeurs. Ils ont déjà en vue un projet de développement concernant l’hôtellerie de l’auberge. « Tant qu’on aura la santé… ».

Au sujet Jean-Denis Grimard

Jean-Denis Grimard

Vérifiez aussi

Clinique médicale à Disraeli en juillet 2022

Le promoteur et investisseur Dave Morin vient de nous annoncer par communiqué qu’il sera illusoire d’espérer …