Devoir de mémoire 2 : le documentaire Lac-Mégantic — ceci n’est pas un accident

M. Philippe Farladeau à l’écoute des commentaires d’une spectatrice (Photo par Sylvie Veilleux)

L’amphithéâtre de la Polyvalente Montignac était bondé, le mardi soir 11 avril, pour assister en primeur à la projection des deux premiers épisodes de Lac-Mégantic — ceci n’est pas un accident du réalisateur Philippe Falardeau. Fébrile et nerveux, celui-ci a souhaité que cette œuvre très personnelle soit reprise par les gens de Lac-Mégantic comme outil de revendication : « Le temps ne doit pas faire oublier cette catastrophe évitable mais annoncée ». L’impression de la salle après le visionnement : de la colère, un sentiment que rien n’a été fait par les autorités depuis la catastrophe du 6 juillet 2013, ou si peu, et une motivation renforcée d’interpeller les vrais responsables.

Inspiré de l’essai Mégantic : une tragédie annoncée de l’auteure et militante Mme Anne-Marie Saint-Cerny, le documentaire réalisé par Philippe Falardeau, avec la collaboration de Mme Nancy Guérin à l’écriture du scénario et de M. Elric Robichon au montage, met en lumière les façons de faire discutables de la Montreal, Maine & Atlantic (MMA), la dangerosité du transport ferroviaire du pétrole brut et son augmentation fulgurante sur les rails au Canada, ainsi que le laxisme de Transport Canada. Sans aucune surprise, on comprend que les impératifs économiques ont primé sur la sécurité de la population.

L’immense et l’excellent travail de documentation effectué par l’équipe de Philippe Falardeau a été souligné à la fin de la projection. « C’était un défi de trouver l’équilibre entre l’humain et le technique ». Plusieurs questions sont soulevées par le documentaire. Comment expliquer qu’un « accident », ayant entraîné la mort tragique de 47 personnes, n’ait pas été suivi d’une enquête publique ? Pourquoi Transport Canada a-t-il toléré les pratiques dangereuses de la MMA ? La décision de confier à la MMA le mandat de nettoyer les lieux ne comportait-elle pas des risques d’éliminer des preuves utiles dans le cadre d’une enquête ?

Au-delà de tous ces éléments, il y a des humains qui ont perdu des proches et aussi le goût de vivre pour certains. Les deux premiers épisodes reflètent cette réalité de façon très touchante et combien triste ! « J’ai laissé parler les gens », a déclaré le réalisateur. La force des Méganticois et Méganticoises, dont celle de l’ex-mairesse Mme Colette Roy-Laroche, perce également l’écran.

Les quatre épisodes de Lac-Mégantic – ceci n’est pas un accident seront disponibles à compter du 2 mai sur la plateforme payante Vrai de Club Illico, gratuitement toutefois pour les citoyens de Lac-Mégantic durant le premier mois.

La série a été sélectionnée en compétition officielle au Festival international des Séries à Cannes, le 17 avril, ainsi qu’au festival Hot Docs à Toronto, le 29 avril.

Bravo M. Philippe Falardeau! Merci pour ce documentaire qui nourrit notre devoir de mémoire!

Courage et espoir à celles et ceux qui continueront à travailler pour éviter la répétition d’une telle catastrophe.

Au sujet Sylvie Veilleux

Vérifiez aussi

Les Prix du patrimoine de retour pour une 10e édition

Par : Mario Dufresne La MRC des Appalaches lance son appel de candidatures pour la 10e …