Économie circulaire et recyclage des déchets

La MRC des Appalaches, sous la direction de la MRC Robert-Cliche, s’unit à quatre autres MRC pour accompagner les entreprises vers une économie plus verte, une économie circulaire. Deux ressources spécialisées conseilleront et accompagneront les entrepreneurs dans la recherche de partenariats afin de trouver des débouchés à leurs résidus et de développer des produits écoresponsables, le tout pour diminuer les matières envoyées vers les sites d’enfouissement. Ce projet, prévu sur deux ans, est rendu possible grâce aux financements de RECYC-QUÉBEC, de Desjardins et des cinq MRC participantes. Il est fait en partenariat avec Synergie Québec, qui dirige plusieurs projets similaires dans la province.

Des déchets et matières usagées à transformer en nouvelles matières premières. Photo par Yves Lirette

Mais, l’économie circulaire, de quoi s’agit-il ?
Selon Québec Circulaire, ce nouveau modèle économique vise à stopper une croissance économique qui épuise les ressources naturelles et détruit l’environnement. Pour ce faire, il faut d’abord repenser notre vie axée sur la « production-consommation » et les produits à usage unique, donc consommer moins de ressources pour protéger les écosystèmes qui les génèrent. Ensuite, il faut mieux utiliser les ressources déjà produites, donc recycler, retransformer et réutiliser les matières et biens en fin de vie : somme toute, faire de nos déchets une nouvelle matière première.

L’organisation Villes et Régions Innovantes recommande l’adoption prochaine d’une politique et d’une loi de développement de l’économie circulaire. Cette initiative servirait de guide aux villes, MRC et entreprises pour réduire leur consommation de biens neufs, leur production de déchets et leurs émissions de gaz à effet de serre. En ce sens, l’organisme souligne en particulier l’utilisation, dans la construction, du bois et de la forêt comme moyens de ralentir l’émission de CO2.

Cette approche repose sur la recherche-développement et l’innovation pour mieux recycler des déchets qui, autrement, aboutiraient dans les sites d’enfouissement et les incinérateurs ou seraient exportés. À ses yeux, les villes et MRC sont des acteurs stratégiques dans la mobilisation de la population et des entrepreneurs pour démocratiser et enraciner le développement de l’économie circulaire aux niveaux local et régional. Elles possèdent déjà le mandat de la gestion des matières résiduelles.

 

Source : Pierre Racicot

Au sujet Yves Lirette

Avatar

Vérifiez aussi

Ma cabane à la maison… Un succès inespéré !

Non, pas de repas à la cabane cette année : fermées les érablières et leurs salles …