Portrait d’une portraitiste : Diane Morneau remporte le prix Raymond-Gagnon

Par Sylvie Veilleux, porte-parole du CA du Cantonnier

Mme Diane Morneau Photo par Caroline Jacques, photographe

Le Cantonnier a le privilège de compter parmi son équipe de bénévoles dévoués la Bénévole de l’année de l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ). Lors du gala annuel du 23 avril dernier, Diane Morneau, qui siège au conseil d’administration du journal depuis dix ans, dont huit comme présidente, a remporté le prix Raymond-Gagnon remis à la personne bénévole s’étant le plus illustrée en 2020.

Cette jeune sexagénaire est née à Stratford. Elle a fréquenté la polyvalente de Disraeli au début de la création des polyvalentes. Puis, son père Charles, qui travaillait à la Ferme du lac Aylmer, choisit Victoriaville. À l’âge de 17 ans, déterminée et optimiste, Diane quitte Victoriaville pour la métropole, où elle est nommée Première employée du mois dans le tout premier restaurant McDonald’s de Montréal.

Photo par Caroline Jacques, photographe

« Lorsque Diane s’engage, elle s’investit totalement », souligne Richard, son beau militaire qui l’accompagne depuis 30 ans et fait encore briller les beaux yeux bleus de cette femme souriante et fière. Diane aime la nature, les voyages. Ses passe-temps préférés : aménager des rocailles et peindre des portraits.

Elle est l’aînée d’une famille de trois filles et un garçon. La mère de Diane a connu une fin tragique, fauchée par une déneigeuse. De nombreuses épreuves ont continué de marquer la vie de Diane Morneau. Récemment, la seconde épouse de son père est morte subitement. Diane incarne la résilience.

Alors qu’elle était encore une jeune fille, le directeur de la Caisse Desjardins de Yamaska lui offre un emploi. Ce fut le début d’une carrière de 35 ans au Mouvement Desjardins, qui l’a amenée dans plusieurs régions du Québec.

Avancer et se développer ont toujours été ses mots d’ordre. À l’atteinte de la quarantaine, elle s’inscrit à l’Université Laval et y obtient un baccalauréat multidisciplinaire en leadership du changement et en planification financière. À la fin de sa carrière chez Desjardins, Diane joint l’équipe de remplacement. C’est ainsi qu’elle vient prêter main-forte au début des années 2000 à Mme Guylaine Dubuc, alors directrice de la caisse de Black Lake. Celle-ci se rappelle encore le cri de ralliement qu’utilisait sa directrice adjointe pour motiver le personnel. Lors de la fusion des caisses de Black Lake et de Disraeli, Diane Morneau a travaillé fort à l’obtention d’une concertation de qualité entre les deux équipes.

Diane est tenace, méticuleuse et ordonnée. Elle n’a jamais compté ses heures au travail comme à la présidence du conseil d’administration du Cantonnier. En 2020, sa contribution a été exceptionnelle. Elle y a coordonné une révision en profondeur de toute la structure administrative, puis orchestré l’embauche d’un directeur général, une première dans l’histoire du journal. La Bénévole de l’année de l’AMECQ a également passé au peigne fin les ententes de services avec les fournisseurs, les clients, et collaboré à la préparation du plan d’action triennal déposé au ministère de la Culture et des Communications.

Le coronavirus empêchant les bénévoles de se présenter au journal, la présidente du CA a relevé ses manches : corvée de distribution du journal, vente de cartes de membres, appels téléphoniques, etc. Diane a aussi réussi à se familiariser suffisamment avec les nouvelles technologies et les médias sociaux pour en souhaiter une utilisation accrue au Cantonnier et organiser l’assemblée générale du journal sur la plateforme Zoom ! Elle a même trouvé le temps d’écouter les demandes de soutien d’autres organismes communautaires et de leur apporter son aide en tant que présidente du journal.

Diane aime les gens et sait toujours trouver le meilleur en eux. Elle profite de toutes les occasions pour souligner l’apport des bénévoles et les remercier. Sa générosité est sans limites ! En outre, c’est un boute-en-train et une animatrice de party hors pair !

De tout le travail accompli par Diane Morneau se dégagent un immense respect des autres et une volonté de rendre service à la communauté. Elle est fière et reconnaissante de contribuer à maintenir en santé Le Cantonnier et de participer à la mission d’information des médias communautaires, garante d’une démocratie vivante.

Au sujet Le Cantonnier

Vérifiez aussi

Opinion : Au revoir, « Ti-Car »

C’est avec tristesse que j’ai appris le décès de M. Richard Gagnon. Premièrement, j’offre mes sympathies à …