Se séparer des peurs avec bienveillance

Danielle Perrault, psychologue et autrice

Chronique de vie: nos vies, nos histoires

Se séparer des peurs avec bienveillance

Par Danielle Perrault

Je n’ai jamais aimé les grandes palabres d’introduction et puisque l’été est arrivé, je vous plonge tout de suite dans l’histoire suivante.

Un jour, un petit garçon de 5 ans arrive avec sa grand-mère. Ils se promènent tranquillement dans le jardin qui mène à mon bureau. Ils découvrent la place en admirant la nature qui les environne. La grand-mère prend peur. Une abeille tourne autour d’eux. La dame gesticule et se met à crier. Le petit garçon lève la tête et attrape d’un coup le comportement de sa mamie. Il se met à crier lui aussi. Les deux courent jusqu’à ma porte. Ils sont en nage et super énervés. J’ouvre la porte pour les accueillir et les laisse entrer.

Je m’adresse au petit :

–  Oh là là ! Tu as bien failli attraper la peur des abeilles de ta grand-maman. Je te regardais quand tu l’as imitée.

– Ça fait longtemps, madame, que vous craignez les abeilles ?

– J’ai toujours eu peur d’elles. Ça pique, ces bestioles-là. On doit s’en méfier.

– Vous avez raison, on doit être prudents, surtout quand on les dérange pendant qu’elles butinent.

– Vous accepteriez, madame, que votre petit fils devienne prudent sans qu’il n’ait peur ?

– Heu ! Je n’avais jamais pensé à ça. Je croyais qu’il fallait en avoir peur.

– Pas du tout. On peut apprendre à connaître les abeilles, ou encore les guêpes, sans en avoir peur.

– Vois-tu, petit, ta grand-maman accepte que tu te sépares de sa peur. Tu n’en as pas besoin. Je sais, c’est plutôt bizarre. En principe, ce sont les grandes personnes qui nous apprennent et nous rassurent, mais parfois ça peut être différent. Tu peux constater que ta grand-mère a développé une peur sans que tu l’attrapes.

Et si cela vous arrivait d’être piqué.e par une de ses bestioles ? Regardez autour de vous. Le plantain pousse même à travers les fentes des trottoirs, les tiges de l’Impatiente de l’Himalaya ou celles de l’Impatiente du Cap, une simple patate coupée en morceaux recèlent un nectar qui vous apaisera instantanément. Frottez immédiatement l’endroit touché, observez la douleur diminuer et l’enflure disparaître. Au lieu de nourrir la peur, trouvez l’antidote.

À propos Sylvie Veilleux

Vérifiez également

Carrefour-jeunesse emploi de Frontenac

Près de 2 M$ pour les Carrefours jeunesse-emploi de Lotbinière-Frontenac

par Jean Boilard et l’aide de l’IA Les Carrefours jeunesse-emploi de Lotbinière-Frontenac bénéficient d’un investissement …