À bien y penser

Bien sûr, on peut se demander : « quand est-ce que ça va finir, cette pandémie ? »

Mais on peut aussi se demander : « de quoi est-ce que j’aimerais me souvenir quand ça sera fini ? De quoi serai-je fier ? » Et agir en conséquence.

Jusqu’à maintenant, dans ce confinement, je vois beaucoup de solidarité et d’entraide. Je garderai donc le souvenir d’une communauté qui a su s’adapter en s’appuyant les uns sur les autres.

Œuvrer au Cantonnier m’aura permis de le constater et d’y participer. Merci.

Jacques Beaudet

Au sujet Le Cantonnier

Le Cantonnier

Vérifiez aussi

Lettre de remerciements : Pour le meilleur et pour le pire

Dans « la pire situation » que nous avons jamais vécue mon mari et moi, mon mari …