Disponibilité de la main-d’œuvre étrangère

Les Producteurs en serre du Québec (PSQ) dénoncent l’inaction du gouvernement fédéral dans le dossier des retards à l’émission des Études d’impact sur le marché du travail (EIMT). Rappelons que de nombreux emplois au Québec dépendent de la disponibilité de la main-d’œuvre étrangère. Parmi les 900 demandes d’EIMT qui correspondent à 4000 emplois en attente, une très large majorité a été déposée par les producteurs en serre pour l’arrivée de la main-d’œuvre étrangère dès janvier 2022.

Les retards actuels au traitement des dossiers mettent en péril la production en serre de fruits, de légumes, mais aussi de plantes, de fleurs et de plants pour les potagers, car la production en serre démarre souvent tôt en saison, bien avant la saison de la culture en champ. En serre, pour s’assurer de rendre les produits disponibles aux consommateurs le temps venu, la préparation des cultures et leur multiplication sous forme de boutures ou de plants doivent se faire dès janvier. Il faut ensuite récolter les fruits et les légumes arrivés à maturité dans les serres et les faire parvenir à temps sur le marché.

Il est minuit moins une pour que le gouvernement Trudeau change la situation et investisse les ressources nécessaires. Les Producteurs en serre du Québec se sont engagés à contribuer à l’autonomie alimentaire et y ont consenti plus de 500 M$ au cours des dernières années. Il leur est impossible de répondre à l’appel de produits locaux sans la contribution des travailleurs étrangers.


Source : Claude Laniel

Au sujet Le Cantonnier

Vérifiez aussi

AGA de l’UPA de la Chaudière-Appalaches

Le 27 octobre dernier, plus de 180 délégués ont participé à l’assemblée générale annuelle de la Fédération …