Sur quoi se baser pour voter le 3 octobre prochain ?

Photo : Élections Québec

Les promesses faites par les différents partis politiques durant la campagne électorale et les débats des chefs vous ont-ils permis de décider pour qui voter? Pour vous aider, je vous propose d’analyser les discours des représentants politiques qui briguent les suffrages dans votre comté en fonction des demandes énoncées dans la plateforme électorale de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), et celle de l’Union des municipalités du Québec (UMQ). Toutes deux ont été dévoilées en août dernier après des consultations effectuées auprès de leurs membres. Selon nos informations, la majorité des municipalités où est distribué Le Cantonnier font partie de la FQM, sauf la Ville de Disraeli.

La FQM demande aux formations politiques de s’engager sur les éléments suivants :

1.      Couverture cellulaire partout au Québec ;

2.      Prise en compte dans le financement des municipalités de leurs nouvelles responsabilités liées à la protection et la mise en valeur de l’environnement ;

3.      Décentralisation de la gestion des programmes en habitation, accompagnée de moyens légaux et financiers donnés aux MRC pour planifier les besoins, et aux municipalités pour réussir leurs projets d’habitation ;

4.      Décentralisation du réseau de la santé vers les régions, avec les leviers et les ressources pour l’organisation des services de première ligne ;

5.      Transfert des postes décisionnels gouvernementaux en région, avec les ressources permettant aux directions régionales d’adapter les politiques et programmes ministériels aux besoins des territoires et des communautés. Obligation de reddition de comptes sur ce déploiement d’emplois ;

6.      Mise en place d’un chantier de travail sur les services et commerces de proximité, appuyé sur l’expertise des services locaux de développement, la modernisation des fonds locaux existants et la création de nouveaux programmes ;

7.      Reconnaissance légale du rôle intégrateur du schéma d’aménagement et de développement, et assurance que les orientations inscrites dans cet outil résultent d’échanges réels entre les décideurs réunis au sein des conseils des MRC ;

8.      Mise en place dans les régions d’une véritable première ligne de lutte pour contrer les effets des changements climatiques, notamment par :

–   des programmes de financement pour des les infrastructures vertes, l’acquisition, la protection et la mise en valeur des milieux naturels, la création de parcs régionaux, l’acquisition de connaissances sur l’état et l’utilisation des sources d’eau de surface et souterraine, des programmes de reboisement ;

–   Des changements majeurs aux façons de faire, définition, règles d’attribution, déploiement des mesures, financement du transport collectif et adapté, et dans la redéfinition des services de transport collectif interrégional ;

–   Augmentation du rôle des communautés locales et régionales dans le développement des énergies renouvelables, et hausse des retombées financières et économiques sur le territoire ;

9.      Assouplissement des règles d’immigration, notamment en matière de qualification des travailleurs internationaux, et d’accueil accru d’étudiants étrangers. Association des MRC et des municipalités aux démarches de recrutement international en matière d’immigration, et bonification du financement octroyé en la matière.

L’UMQ place les défis climatiques au cœur des vingt recommandations faites aux partis politiques, regroupées sous quatre thèmes :

1. Finances et fiscalité : Diversification des sources de revenus par un financement suffisant du transport collectif, le paiement par le gouvernement de ses taxes foncières, un partage d’un point de la TVQ, un accroissement des retombées des municipalités touchées par l’exploitation des ressources naturelles ;

2. Développement régional : Stratégie de régionalisation de l’immigration adaptée aux besoins des régions, fiscalité incitant à la participation au marché du travail, financement prévisible et durable des centres-villes et artères commerciales, soutien des projets municipaux de développement d’énergies renouvelables, aménagement durable de la forêt, révision du modèle d’affaires du transport interurbain ;

3. Habitation et logement : Solutions pour réduire le déficit structurel de la construction de logements sociaux, nouvelles approches pour faciliter la construction de logements locatifs en région, programme d’infrastructures permanent pour les services d’hébergement d’urgence ;

4. Aménagement et infrastructures : Révision de la Loi sur l’expropriation, prise de responsabilités par le gouvernement lors de l’acquisition de terrains pour la construction d’écoles, portrait amélioré à l’échelle du Québec des quantités d’eau souterraine et de surface, garantie de financement des actions de protection des sources d’eau potable, financement prévisible et adéquat des infrastructures récréatives et sportives et autres infrastructures municipales, notamment celles liées à l’adaptation aux changements climatiques.

 

Pour prendre connaissance des détails de ces deux plateformes électorales, visitez les sites internet de la FQM et de l’UMQ.

Espérons que la lecture de ces demandes vous sera utile au scrutin du 3 octobre, ou du moins vous aura permis d’en savoir plus sur les enjeux auxquels sont confrontés nos conseils municipaux.

.

 

À propos Sylvie Veilleux

Vérifiez également

Saint-Jacques-le-Majeur-de-Wolfestown: Le maire Laprise satisfait des résultats de son méchoui

Saint-Jacques-le-Majeur-de-Wolfestown : Le maire Laprise satisfait des résultats de son méchoui Par Sylvie Veilleux La …