Coup de gueule d’un vieux

Par Michel Côté

Il paraîtrait que nous, les « baby-boomers », avons détruit la planète ! Nous nous devons de remettre les pendules à l’heure avec beaucoup de vérités.

Dans notre temps, tout était construit de façon exceptionnelle, afin d’avoir une durée de vie plus longue. Nos cuisinières, nos réfrigérateurs, lave-linge, téléviseurs duraient au moins 25 ans et souvent plus. La nouvelle génération, au lieu d’améliorer les produits, a fait le contraire pour en retirer un meilleur profit.

À mon époque, on lavait les couches des bébés. Faites en tissus, elles étaient très résistantes. On lavait le linge avec une laveuse à tordeur vieille de 25 ans et on faisait sécher les vêtements dehors sur la corde à linge, car la sécheuse n’existait pas. Quand on allait acheter de la viande chez le boucher, notre commande était enveloppée dans du papier ciré et attachée par une ficelle pour tenir le tout. Le pain était lui aussi enveloppé dans un papier ciré qui avait été imprimé au préalable avec le nom de la boulangerie. On utilisait des pintes de lait en vitre que nous retournions à la laiterie pour une autre utilisation. Toutes les bouteilles de liqueurs et de bière étaient retournées au magasin. Elles étaient lavées à fond et réutilisées. Les pots de vitre étaient réutilisés pour le cannage d’automne et le scellant du couvercle était de la paraffine.

Dans la cuisine, pour préparer les repas, tout se faisait à la main sans machines, car on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts. Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal, et ceci dans des boites ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique, pas de papier collant en plastique, mais un papier avec une colle en dessous que l’on humectait et que l’on collait sur le joint du couvercle de la boîte et une corde scellait le tout. Parfois, nous fabriquions notre propre colle avec de la farine et de l’eau.

À votre prochaine visite à l’épicerie, imaginez que tout ce qui est enveloppé ou comporte du plastique disparaisse, il ne restera à votre vue que le rayon des fruits et légumes et presque rien du reste du magasin. Dans le temps, les emballages étaient presque tous en papier ou en carton… Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique !

Maintenant vous savez de quelle façon on vivait notre vie à l’époque, et par notre façon de vivre, je ne crois pas que l’on a pollué autant la planète. C’est à votre tour de prendre les rênes d’un mouvement vraiment écologique qui produirait des objets durables comme à l’époque et des emballages biodégradables ou recyclables. Merci de m’avoir lu jusqu’à la fin et on est tous dans le même bateau, alors soyons vraiment verts !

Au sujet Le Cantonnier

Vérifiez aussi

À l’orphelinat d’Hogar Shalom au Guatemala

Il est où le bonheur ? Il est où ? Douze jours après leur retour …