Le chef de gare Alphonse Côté

M. Alphonse Côté (Gracieuseté)

Par Carol St-Laurent

Le projet de voie ferrée reliant Newport, Sherbrooke et Québec provint d’un groupe d’hommes d’affaires de Sherbrooke. La construction se termina en 1880. Cette voie permit de desservir un bassin de population important, tout en reliant le Nord-Est américain à la vallée du Saint-Laurent en passant par Sherbrooke. En 1876-1877, le chemin de fer était complété jusqu’à Garthby et même au-delà. Quelle merveille pour les déplacements dans les endroits plus éloignés, et surtout pour le développement commercial et industriel ! Le village s’agrandit alors de plus en plus. Garthby devint un lieu d’échanges pour les municipalités environnantes. L’endroit possédait un magasin en gros, des magasins, des épiceries, des hôtels, des scieries, etc. Des gens d’Ham-Nord et de Stratford venaient y chercher des marchandises et aussi leur courrier. Le train prit toute son importance.

Afin de bien faire fonctionner toutes ces activités qui se déroulaient autour de la voie ferrée, toute une équipe s’affairait afin de bien répondre aux besoins de la clientèle. Le chef de gare en était le maître d’œuvre. C’est sur lui que reposait la bonne marche des transactions, et aussi le service à la clientèle. Il était aidé par toute une équipe : télégraphiste, opérateur, cantonnier, employés d’entretien, etc. M. Alphonse Côté a occupé ce poste de chef de gare à Beaulac-Garthby pendant vingt ans. Il n’y avait pas de cours précis pour se préparer à occuper cette fonction. On apprenait avec une personne qui connaissait le métier. Toutefois, le postulant devait avoir une bonne connaissance des chiffres, et être sociable, responsable et ponctuel. Ses activités étaient liées aussi au bon fonctionnement des horaires des trains, à leurs déplacements sur son tronçon et à la billetterie. Il devait aussi s’assurer de la sécurité du personnel lors des opérations sur la voie ferrée. Il avait aussi la responsabilité des communications, sous différentes formes, auprès des divers intervenants : chefs de trains, coordonnateurs, etc. Il s’occupait également des formulaires et des documents, et aussi des ordres de marche. Bref, c’était une fonction qui demandait un bon sens de l’organisation.

La gare de Beaulac-Garthby en 1919 =(Gracieuseté)

Un bon nombre de chefs de gare se sont succédé à Garthby Station : Charles Tanguay, Stanislas Poulin, Alphonse Côté, Amathe Bois, etc. Dans cet article, nous nous attarderons au chef Alphonse Côté et sa famille.

La famille Côté, à son arrivée à Beaulac-Garthby, habitait dans des appartements de la gare prévus à cet effet. Si des trains passaient la nuit, le chef de gare devait être présent. Quand la deuxième gare a brûlé, la famille Côté a dû se relocaliser, car la nouvelle gare ne comportait plus de logement. Ce changement s’explique principalement par l’horaire des trains, qui ne passaient pas la nuit à ce moment-là.

Un train à vapeur à la gare (Gracieuseté)

Pour les trains de passagers, il y avait deux trains, à des horaires différents, qui se dirigeaient vers Lévis ou Québec, et deux en provenance des mêmes endroits en direction de Sherbrooke, en plus des trains de marchandises. Dans les années 1930, ce sont des locomotives à vapeur qui étaient utilisées pour tirer les wagons. Près de la gare se trouvait une voie de service qui pouvait accueillir 37 wagons de 40 pieds de longueur.

La famille Côté (Gracieuseté)

La première gare fut construite en 1876 ; elle a été consumée par l’incendie qui a détruit presque tout le village en 1899. Puis la deuxième fut détruite elle aussi par le feu en 1926, et la troisième, en briques, a été démolie en 1982. Les activités de la gare ont cessé en 1966, mais les trains ont continué de circuler jusque dans les années 1980.

La famille d’Alphonse Côté et Alice Lemieux comptait 15 enfants, dont 10 sont nés à Beaulac-Garthby. Certains d’entre eux étaient de bons sportifs. Ils ont fait partie de l’équipe de hockey en 1935.

En 1937, les Côté nous quittaient pour se rendre à Saint-Georges de Beauce. Plus tard, nous les retrouvons à Sherbrooke. De cette belle et grande famille, il ne reste maintenant que Jacqueline. Même si leur travail les a dirigés vers la ville, ils sont restés attachés à Beaulac-Garthby.

La maison familiale (Gracieuseté)

Avec la fermeture des mines de Black Lake et de Thetford, le chemin de fer a perdu de bons clients. Ceci a conduit à l’arrêt des activités ferroviaires à Beaulac-Garthby. Une autre page de notre histoire venait de se tourner. Plusieurs années plus tard, M. Giguère de la Beauce a acheté le chemin de fer Québec Central. Deux trains touristiques se rencontraient à Beaulac-Garthby, soit celui de M. Giguère en provenance de la Beauce, et celui de M. Donald Thompson en provenance de l’Estrie. Désormais, la voie ferrée est utilisée par les vélorails, une activité très prisée par les personnes recherchant une activité unique au Québec.

Au sujet Le Cantonnier

Vérifiez aussi

L’Humeur buissonnière

Tout à coup l’absence. Pas tout à fait le silence mais un mouvement sans bruit. …