Le programme hockey en péril à la Polyvalente de Disraeli

Un nouveau choc se dessine entre la « métropole » qu’est Thetford et l’une de ses régions rurales qu’est le secteur sud de la MRC. Cette fois, la lutte jugée inégale et inéquitable se situe dans le monde scolaire alors que la direction de la Polyvalente de Thetford vient de déposer une demande pour offrir un programme hockey calqué sur celui de Disraeli en y ajoutant du hockey dit d’élite.

« C’est avec beaucoup de déception que le comité de maintien des activités sur glace de l’Aréna Isothermic de Disraeli vient d’apprendre que le hockey des Gaulois de la Polyvalente de Disraeli sera très bientôt sous respirateur artificiel si la direction générale du Centre de services scolaire des Appalaches n’applique pas la politique en vigueur et accepte le projet déposé par la Polyvalente de Thetford », révèle son président, Dave Morin.

Aux yeux des intervenants, cette démarche contrevient aux règlements entérinés en 2014 par la Commission scolaire d’alors interdisant la multiplication d’une concentration qui aurait pour effet d’opposer des partenaires dans un combat inégal et injuste. En bref, cette politique visait : à assurer l’exclusivité des projets pédagogiques particuliers développés par les écoles et leur milieu ; à assurer le maintien des projets pédagogiques existants ; à assurer la pérennité d’un projet et, enfin, à favoriser une offre de services diversifiés.

Photo par Yves Lirette

Rappel
Pour ceux qui connaissent l’historique de la Polyvalente depuis son ouverture en 1969, ce n’est malheureusement pas la première fois qu’on déshabille Paul pour habiller Pierre. En 2003, la Polyvalente de Disraeli démarrait son programme de hockey scolaire afin que les jeunes aient la chance de bouger, de pratiquer leur sport tout en poursuivant leurs études secondaires. L’objectif premier était de contrer le taux de décrochage se situant, à cette époque, dans les 40 %, et ce, surtout chez les garçons. Tout allait rondement… jusqu’à ce que la Polyvalente de Thetford Mines décide d’offrir un programme de hockey en parascolaire s’étirant régulièrement dans la grille horaire des élèves. Depuis l’arrivée du hockey en parascolaire à Thetford Mines, le nombre d’inscriptions de joueurs à Disraeli, qui était de 96 en 2015, n’est maintenant que de 69.

« Les membres du conseil d’administration de la Commission scolaire des Appalaches en poste en 2014 étaient visionnaires et savaient qu’en déposant une politique claire, celle-ci permettrait à son directeur général d’avoir en main des outils pour favoriser le maintien des programmes en place tout en évitant une compétition entre les écoles qui amènerait sans aucun doute à une démobilisation de son personnel, estime Dave Morin.

 La population et les gens d’affaires de Disraeli se sont tous regroupés en 2020 pour sauver leur aréna, entre autres, pour assurer la pérennité du programme hockey de notre école et garder la motivation de nos jeunes. En région rurale, n’ayant pas la masse critique de population, nous nous devons d’être créatifs pour développer ou conserver nos services communautaires, professionnels et scolaires, comme les créateurs du programme hockey Les Gaulois l’ont fait en 2003, explique-t-il.

 Après tous les efforts consacrés et 744 000 $ recueillis dans la communauté disraeloise en 2020 pour maintenir l’offre d’un aréna à la porte voisine de notre école secondaire, nous souhaitons que le directeur général du Centre de services scolaire des Appalaches, M. Jean Roberge, applique la politique mise en place par le conseil d’administration pour, ainsi, permettre la survie à long terme du programme hockey et non provoquer sa fin dans les prochaines années », conclut Dave Morin.

Au sujet Jean-Denis Grimard

Vérifiez aussi

Chambre de commerce de Disraeli : Jean Boilard, un homme de défis

La Chambre de commerce de Disraeli (CCD) et des environs nous annonçait, dans la foulée …