Partagez votre pain !

Le 2 avril prochain, c’est la traditionnelle journée du « Pain partagé » dans le contexte du Vendredi saint et de Pâques. Temps de renouveau et de partage. Cette année, sous le thème « Partagez votre pain ! », ne manquez pas de vous joindre à la cause.

C’est du 15 mars au 15 avril 2021 que le Centre d’entraide de la région de Disraeli (CERD) mènera sa campagne du Pain partagé 2021. Pour une deuxième année consécutive, la campagne sera virtuelle, en raison de la crise sanitaire qui perdure. Il s’agit de procéder par un don à un achat symbolique, non réel, d’un pain. Les sommes recueillies seront investies dans les services d’aide alimentaire du CERD et remises sous forme de paniers de denrées aux personnes vulnérables de notre secteur.

Plus que jamais, il est essentiel de maintenir le service de dépannage alimentaire du CERD, car le besoin est sans cesse grandissant. Le CERD a besoin de vous pour répondre à toutes les personnes dans le besoin !

Faites votre don d’une valeur équivalent à un ou plusieurs pains : 5 $ — 20 $ — 50 $ — 100 $ et plus. Vous ne pourrez certes pas consommer ces symboliques pains, mais vous contribuerez à mettre « pain et beurre » sur la table d’une maisonnée de votre entourage et à atténuer les préjugés, hélas, trop tenaces sur la pauvreté. Voilà une bonne façon de partager votre pain !

Trois façons de partager : en ligne sur www.cerd.ca, en personne en venant porter votre don en argent au CERD ou en postant votre chèque au 888-1, rue Saint-Antoine, Disraeli (Québec) G0N 1E0. Un reçu officiel vous sera remis pour un don supérieur à 20 $.

Ils sont à l’aube, au mitan ou au crépuscule de leur vie. Ils sont femmes, hommes et enfants. Elles sont plus nombreuses qu’auparavant, toutes ces personnes qui ont perdu leur emploi, qui ont subi des pertes de revenus et qui doivent encaisser la hausse des frais de subsistance comme l’essence, le loyer et, surtout, la nourriture.

Maintenant, presque plus personne ne peut affirmer avec une absolue certitude qu’il ou elle sera épargné.e des affres de la vie. Non, plus personne. La pauvreté « uniquement chez mon voisin, pas dans ma cour ! » n’existe plus. Malheureusement, on peut tous devoir en faire la triste expérience un jour ou l’autre, ne l’oublions pas.

« La main qui reçoit une rose en garde à jamais le souvenir ». Les personnes vulnérables ne doivent pas devenir les pigeons d’argile d’une mentalité où l’on s’attarde sur la responsabilité individuelle du fait de devenir pauvre. La précarité économique : une réalité sur laquelle nous ne pouvons plus fermer les yeux, surtout depuis la crise sanitaire de la COVID. Nous devons absolument nous impliquer et porter un regard aidant et structurant sur la pauvreté. Si l’on pouvait simplement dire ces paroles de Gilles Vigneault aux personnes vivant une situation financière défavorable afin d’en atténuer les impacts psychologiques : « J’ai pour toi un lac quelque part au monde. Un beau lac tout bleu. Comme un œil ouvert sur la nuit profonde. […] Et moi, je serai celui qui te donne la terre et la lune avec le soleil […] », comme le souhaiterait tant Mylène Croteau, nouvelle intervenante au service d’aide alimentaire du CERD.

Rappelons que le Centre d’entraide de la région de Disraeli a été reconnu, par l’ensemble des organismes d’aide alimentaire de la MRC des Appalaches, porte d’entrée du dépannage alimentaire pour le secteur sud de la MRC des Appalaches, soit les localités de Beaulac-Garthby, Paroisse de Disraeli, Disraeli, Saint-Julien, Saint-Fortunat, Saint-Jacques-le-Majeur, Saint-Joseph-de-Coleraine et Sainte-Praxède.

Source : Isabelle Roberge

Au sujet Le Cantonnier

Le Cantonnier

Vérifiez aussi

Nouveau directeur général

À la suite du départ à la retraite de son directeur général et secrétaire-trésorier, monsieur …