Poésie… Mes quatre saisons

Ça y est, c’est l’hiver.
Mes cheveux sont blancs.
Pourtant, ce matin encore,
Ce n’était que le printemps.

Qu’ai-je donc fait d’hier,
Où jeune, je courais insolent ?
Pourquoi mon père, ma mère,
Ne pas m’avoir protégé du temps ?

De là-haut ne pouvez rien dire.
Ne le prenez pas comme un reproche,
Moi-même me suis privé de vos rires,
N’étant pas de vous assez proche.

Ce soir, entouré de mes enfants,
Avec des larmes de gaieté,
Je les écoute raconter, en riant,
De ma vie un si bel été.

À l’automne de ma vie,
Réchauffé de mes filles et garçons,
Je bénis
Mes quatre saisons.

Latest posts by Donald Houle (see all)

Au sujet Donald Houle

Vérifiez aussi

Pour vous dire Au revoir : quatre lettres de départ du Cantonnier

Nous sommes quatre à quitter Le Cantonnier, après une décennie de travail et d’énergie donnés …