Portrait de Karine Soares

Karine Soares et Marie-Alice : « … la tradition culinaire de mes doubles origines occupe une grande place dans ma vie. »

Par : Mario Dufresne

Un mois avant la Journée internationale du droit des femmes, Le Cantonnier vous propose deux articles sur des femmes de la région qui se démarquent. Place à Karine Soares, nouvelle directrice générale à la Municipalité de Sainte-Praxède.

D’entrée de jeu, je choisis d’aborder ses origines portugaises. «Tu sais, c’est une question à laquelle je pense souvent. Je porte un nom portugais, ma mère est Québécoise d’origine, de plus elle s’appelle Tremblay, quant à mon père il est arrivé ici en 1959.» Son père, Laureano, est né au Sobral de Sào Miguel et très jeune il émigre au Québec. Passionné des mots, il est l’auteur de plusieurs ouvrages de poésie dont un bon nombre fut rédigé en français. Il s’est d’ailleurs mérité le Prix Fernande-Pelletier-Neveu, une distinction annuelle remise à un «poète méritant.»

«Alors, tu vois, poursuit Karine, pour moi c’est ce mélange de culture qui forme ce que j’appelle mon identité.» Bien qu’elle ne soit pas en mesure de parler couramment le portugais, elle en possède quand même les notions de base. «Pour être honnête, je dirais que c’est davantage la tradition culinaire de mes doubles origines qui occupe une grande place dans ma vie et que j’ai transmise à ma fille très tôt. En fait je suis le produit d’une canne de sirop d’érable et d’une bouteille d’huile d’olive.»

Férue d’histoire, mais également du domaine de la santé, c’est finalement en sociologie qu’elle fera sa maîtrise, sans pour autant déposer son mémoire, optant pour un petit répit, le temps de voir grandir son premier enfant. Au même moment vient l’appel de la nature, qui, dans ce cas-ci, s’appelle Le Grand Nord, la Baie James et les communautés autochtones. Son conjoint Philippe, infirmier-clinicien (un Tremblay aussi!) y voit une opportunité de carrière, qui à l’époque ne s’offrait pas dans le «Sud».

À la naissance d’un deuxième enfant, Marie-Alice, la famille a tout pour être heureuse. Philippe est bien établi dans la communauté, Karine occupe à l’occasion un poste à la commission scolaire à titre de professeure suppléante. Et c’est le drame qui vient tout remettre en question. Un grave accident d’automobile, alors qu’elle était avec ses deux enfants, occasionnera le décès de son fils. 

S’en suit l’arrivée dans la région des Appalaches (son conjoint fait toujours la navette entre le Nord et le Sud) et l’achat de la ferme qui sera baptisée Sam-Nature en mémoire de leur fils. Rapidement elle s’intègre dans son nouvel environnement. C’est par le milieu communautaire qu’elle y parvient. «J’ai toujours pensé que le monde communautaire réunissait tout ce qui me passionnait : sociologie, santé ou histoire et bien sûr la défense des plus démunis. C’est d’abord via le Comité d’appui aux travailleurs et travailleuses de la région des Appalaches (CATTARA) qu’elle mettra le pied dans ce milieu qui la fascine. 

Viendra par la suite, Héritage Centre-Ville et enfin un poste de directrice générale à la Télévision communautaire de la région des Appalaches (TVCRA) qui la fera connaître partout dans la région. Cette présence médiatique la mènera droit vers la politique. Elle devient attachée politique de la députée Isabelle Lecours. Mais le destin met fin à son incursion dans ce monde agité. Un peu avant la dernière campagne électorale, elle reçoit un diagnostic de diabète. Ce qui la force à un régime de vie équilibré. Tout, en fait, ce que la frénésie des campagnes électorales et que le monde de la politique ne peut offrir. 

C’est alors qu’elle se tourne vers le monde municipal d’abord à la Municipalité de Saint-Pierre-de-Broughton puis, depuis août 2023, à la Municipalité de Sainte-Praxède, à cinq minutes de chez elle, comme elle le souligne, où elle occupe la charge de directrice générale et greffière-trésorière « Ma dernière job avant la retraite, avant de retourner à temps plein sur la ferme ou je vais pouvoir m’adonner à ma grande passion et tricoter autant que je le veux! »

À propos Le Cantonnier

Vérifiez également

La Fête nationale à Disraeli un grand succès

La récente Fête nationale du Québec, qui avait pour thème « Retrouvons-nous à la belle …