Sur le Chemin de Saint-Jacques–Appalaches

Le 18 septembre dernier avait lieu la 4e édition de la marche en groupe sur le Chemin de Saint-Jacques–Appalaches. Près de 160 personnes ont marché entre le village de Saint-Pierre-de-Broughton et celui d’East Broughton, sous un ciel peu clément au départ, mais sous un soleil radieux à leur arrivée.

Chaque édition repart du village où le groupe de la précédente édition s’était arrêté. C’était donc au tour de la municipalité de Saint-Pierre-de-Broughton d’être le point de départ de l’événement qui allait mener les marcheurs sur 13,5 km de chemins de campagne jusqu’au parc Le Broughtonnais d’East Broughton.

« Nous sommes vraiment heureux de revoir plusieurs marcheurs année après année ! Certains ont fait les quatre éditions ! Nous apprécions également accueillir de nouveaux marcheurs, qui, nous le souhaitons, ont suffisamment apprécié leur expérience pour revenir l’an prochain », mentionne Heidi Bédard, responsable de l’organisation de la marche chez Tourisme Région de Thetford.

Les marcheurs n’ont pas craint la pluie. Photo par Geneviève Clavet Roy (TRT)

Par ailleurs, Tourisme Région de Thetford, maître d’œuvre de l’événement depuis quatre ans, a pu compter sur la participation des élus de chacune des deux municipalités, ainsi que sur celle de précieux bénévoles pour la sécurité et la distribution des boîtes à goûter à l’arrivée des marcheurs. Monsieur François Baril, maire de la municipalité d’East Broughton, accueillait les marcheurs à leur arrivée au village en leur remettant une attestation de « marcheur longue durée ». « C’est une belle expérience d’avoir accueilli tous ces marcheurs. Nous sommes très fiers d’avoir contribué au succès de l’activité cette année. »

Le Chemin de Saint-Jacques–Appalaches est un parcours longue durée totalisant 250 km, adapté tant pour les marcheurs que pour les cyclistes tout-terrain. La majorité des routes utilisées pour le circuit servent peu aux voitures, ce qui les rend sécuritaires pour les marcheurs et les cyclistes. Parcourir des rangs peu connus à la vitesse de la marche fait découvrir la région d’une toute nouvelle façon. Les parcours longue durée sont attrayants auprès d’une clientèle nichée à la recherche de découvertes, de grands espaces et de contacts avec les populations locales, tout en revêtant une certaine intériorité, voire spiritualité.

Source : Geneviève Clavet Roy

Au sujet Le Cantonnier

Vérifiez aussi

Hockey scolaire : les Gaulois jouent pour .500

Les quatre équipes du programme de hockey des Gaulois de la Polyvalente de Disraeli étaient …