Opinion : Au revoir, « Ti-Car »

C’est avec tristesse que j’ai appris le décès de M. Richard Gagnon.

Premièrement, j’offre mes sympathies à ses proches. J’écris ce petit mot à sa mémoire. Je l’ai connu comme étudiant à la polyvalente de Disraeli au début des années 1970. Je me rappelle de son habit bourgogne avec chemise blanche et cravate et, à l’époque, pas de barbe et cheveux noirs. Avec lui, aux récréations, on ne traînait pas dans le portique de la poly. Il nous offrait gentiment d’aller dehors prendre l’air pur. Tout le monde l’appelait affectueusement « Ti-Car ».

Lors des retrouvailles, en septembre 2019, pour les étudiants de la cohorte 1969-1979, il nous avait fait beaucoup rire. Il nous avait parlé de son expérience et des choses drôles et bizarres qu’il avait vécues avec les élèves de cette école. Il avait même téléphoné au caricaturiste du Cantonnier parce qu’il avait trouvé le dessin très drôle à la suite de cet évènement.

Je l’ai vu souvent à l’épicerie de Disraeli, il me saluait toujours en souriant. L’autre jour, ma petite-fille de cinq ans a vu dans le journal la photo de M. Richard Gagnon recevant la médaille de bronze du Mérite. Elle s’est exclamée : « Regarde, pépère, c’est le père Noël sur la photo ! »

Je te souhaite bon voyage et, s’il y en a qui traînent entre les portes du paradis, je sais que tu leur diras de se décider s’ils veulent entrer ou sortir.

En passant, j’aimerais, et je ne suis pas le seul à l’exprimer, que la Polyvalente de Disraeli nomme un local ou la nouvelle patinoire extérieure en sa mémoire. Un homme qui a œuvré près de cinquante ans au même endroit mérite un tel hommage pour qu’on se souvienne de lui et pour que les futurs étudiants sachent qui était Richard « Ti-Car » Gagnon.

Steven Laprise, étudiant en 1969
Saint-Jacques-le-Majeur

Au sujet Le Cantonnier

Vérifiez aussi

Opinion : Un seul tarif pour le transport adapté

Nous demandons au gouvernement de mettre en place un tarif fixe par région dans les …