Des femmes qui se surpassent : Un exploit plus grand que nature pour Janie Veilleux

Qu’est-ce qui pousse une femme quinquagénaire à faire en solitaire une randonnée de raquettes de 26 km (aller-retour) à -30C avec 30 livres de bagages sur le dos ? Seule pendant 3 jours, du 30 janvier au 1er février, dans le parc national du Mont-Mégantic, Janie Veilleux a réussi à surmonter un à un les défis que cette excursion présentait. « Me débarrasser des toxines qui habitent mon physique et mon mental pour mieux apprécier ce que je suis en symbiose avec la nature », voilà l’objectif qu’elle recherchait.

Janie Veilleux au départ de sa randonnée extrême. Gracieuseté

De retour dans sa ville natale depuis juillet dernier à temps partiel, Janie pratique la randonnée pédestre depuis 2019 en famille et avec des amies. Au fil des kilomètres parcourus et des sommets gravis, elle s’est équipée afin d’être confortable durant ces randonnées et de vivre en autonomie dans le bois. Plusieurs fois, elle a marché sur les sentiers du parc du Mont-Mégantic.

Cette sportive un peu solitaire a découvert qu’elle appréciait beaucoup marcher l’hiver dans le bois. Dormir au sommet du mont Saint-Joseph dans un conteneur l’excitait. Aucune de ses connaissances n’étant disponible, elle a décidé de vivre l’expérience seule.

Pour ce faire, elle a tout planifié afin d’être le plus sécuritaire possible : lectures pertinentes, entraînement adéquat sans excès, achat d’équipements appropriés et de nourriture adaptée. Le défi se limitant à se rendre là où l’on veut aller. La piste présentait en soi des difficultés : 12,8 km avec un dénivelé de 500 mètres sur 5,5 km, peu fréquentée avec une portion non patrouillée. « Heureusement, elle était bien balisée, ce qui me rassurait quand j’avais l’impression de ne pas savoir où j’étais. »

L’ombre de celle qui a réalisé l’exploit plus grand que nature. Gracieuseté

Certes, les deux nuits en forêt couchée dans un conteneur ont exigé du courage de la part de celle qui a peur du noir et de l’inconnu. Janie a dû aussi apprivoiser le fonctionnement du poêle à bois, la fonte de la neige pour ses besoins en eau, la cuisson des aliments lyophilisés, etc.

Cette femme réfléchie, devenue intrépide pendant quelques jours, a réussi à rassurer son conjoint et son entourage du haut du mont Saint-Joseph par les ondes cellulaires. Elle avait aussi pris soin de prendre une assurance auprès d’une compagnie qui serait venue la chercher si jamais la situation l’avait exigé.

La prochaine fois qu’elle repartira pour une excursion de ce type, elle est résolue à partir avec un sac à dos moins rempli.

Bravo à Janie et à toutes les femmes qui osent vivre une expérience exigeante mais stimulante !

Au sujet Sylvie Veilleux

Vérifiez aussi

Un franc succès pour la collecte de canettes à Beaulac-Garthby !

La collecte de canettes au profit de l’école Saint-Nom de Jésus de Beaulac-Garthby, qui s’est …