Élections municipales à Stratford : de nouvelles figures

Par Sylvie Veilleux

Au lendemain du 7 novembre, le conseil municipal de Stratford comptera de nouvelles figures. C’est avec un vif intérêt que j’ai interrogé deux d’entre elles : deux femmes motivées, dynamiques.

Mme Natalie Gareau, candidate au poste de conseillère. Photo par Nathalie Gareau

Au poste de conseillère : madame Natalie Gareau, native de Montréal, nouvellement retraitée du domaine notarial et résidente permanente sur les rives du lac Elgin depuis huit ans. Mme Gareau fait partie des bénévoles de plusieurs comités municipaux : bibliothèque, culture, loisirs, pique-nique familial. Femme dynamique, efficace et enjouée, elle veut contribuer à la réalisation des projets mis de l’avant par l’équipe sortante. « Ces projets vont contribuer grandement à l’amélioration du bien-être de notre communauté, je veux être certaine qu’ils se réalisent. »

À la mairie : madame Denyse Blanchet, retraitée du réseau des cégeps. Native de Thetford Mines, Mme Blanchet fréquente les rives du lac Aylmer depuis l’âge de 10 ans. Elle s’y est installée de façon permanente en 2019. Passionnée et énergique, elle met de côté son projet de retraite pour occuper en 2020 le poste de directrice générale et secrétaire-trésorière à Stratford. « La communauté avait besoin de moi, j’ai répondu à l’appel. Je sais davantage comment ça se passe sur le terrain, ce qui me sera très utile comme mairesse, si je suis élue. »

Le Plan de développement Stratford 2020-2030 constituera l’outil de référence de Mme Blanchet : elle poursuivra le travail amorcé. « Il faut mettre en évidence ce qu’on a pour attirer des familles, des touristes, des entreprises. Avec les autres élus, je m’efforcerai d’obtenir notre part des investissements gouvernementaux pour initier des partenariats intermunicipaux, scolaires, culturels, et pour soutenir les idées novatrices émanant de la population. »

Denyse Blanchet, candidate à la mairie. Photo par Lynn Gosselin

Parmi toutes les actions à réaliser dans ce plan de développement, elle rêve d’une bibliothèque municipale fusionnée avec celle de l’école, installée dans le nouveau centre communautaire que deviendra l’église acquise récemment par la Municipalité.

La candidate à la mairie de Stratford a travaillé, dans de petites comme de grandes municipalités de plusieurs régions du Québec, comme gestionnaire dans les secteurs de la santé et de l’éducation. Les préjugés face aux femmes gestionnaires, aux femmes monoparentales, madame Blanchet y a fait face. « J’ai toujours travaillé mes dossiers en fonction de la mission des organismes qui m’embauchaient, et non en fonction de mon sexe. Ce qui compte, c’est d’être la bonne personne au bon moment. J’envisage la possibilité d’être la première femme mairesse de Stratford de la même manière. Il est clair que ce serait un honneur et un privilège pour moi. » Grâce à ses attraits, dont cinq lacs, Stratford attire des personnes de différents horizons ayant des intérêts et des besoins différents. D’où l’importance, selon elle, de mettre de l’avant des projets qui satisfont le plus grand nombre de personnes. Pour y parvenir, elle veut créer des groupes de discussion représentatifs de l’ensemble de la population, assister aux différentes activités, aller vers les gens.

Rappelons que trois membres du conseil municipal sortant se représentent, soit madame Julie Lamontagne, monsieur André Therrien, et monsieur Richard Picard pour un troisième mandat consécutif, et que la période de mises en candidature se termine le 1er octobre à 16h30.

Au sujet Le Cantonnier

Vérifiez aussi

Entente entre Disraeli et Beaulac-Garthby

Une entente a été signée relativement à l’utilisation de l’écocentre de la Ville de Disraeli …