Le départ de mon papa

Par Stéphanie Latulippe

Quelques jours se sont écoulés depuis la mort de mon papa. Les mots ne me venaient pas pour expliquer ce vide en moi. Cette dernière année aura été marquante dans ma vie. Lorsque la maladie touche, tout change et notre façon de voir la vie également. Mon papa a changé la mienne d’une manière unique. Il aura été un combattant face à la maladie jusqu’au bout. Sa ténacité et sa volonté de s’accrocher à la vie auront déjoué une partie des pronostics des médecins.

Durant cette dernière année, je me suis reconnue en lui. À son chevet, j’ai vu un homme qui ne voulait jamais demander par peur de déranger. Face à la douleur, il préférait se dire « ça va aller mieux tantôt ». Mon papa aimait son indépendance. Les derniers jours de sa vie, il trouvait très difficile de perdre toute son autonomie. Comme moi il y a cinq ans, quand j’ai eu mon accident d’auto. J’ai dû me résoudre à ne plus faire certaines choses comme avant. Au début, j’étais complètement dépendante. On me donnait des soins d’hygiène, on m’aidait à manger, etc.  À chaque étape de la maladie de mon père, je me revoyais. La seule différence entre sa situation et la mienne était que je n’avais pas le cancer et que je n’allais pas mourir.

Il était un homme unique dans sa façon d’approuver ou non mes choix. Comme tout parent, il n’était pas toujours en accord avec moi, mais je sais qu’il ne voulait que le mieux pour moi. Je tiens ma ténacité de lui : il m’est arrivé de faire des choses jusqu’au bout sans trop l’écouter. Dans ma mémoire, il restera gravé à jamais comme le papa le plus aimant qui soit, celui dont l’amour n’a pas de fond !

En terminant, je vous laisse sur cette petite question : pourquoi attendre la maladie pour se rendre compte de la beauté qui nous entoure ? Quelquefois, les petits bonheurs de la vie sont tout proches. On les trouve dans le quotidien : il suffit de prendre du recul et de regarder.

Au sujet Le Cantonnier

Vérifiez aussi

Le Cantonnier sur le web et sur Facebook

Depuis le mois d’août, votre journal communautaire Le Cantonnier est de plus en plus présent …