Lettre de remerciements : Pour le meilleur et pour le pire

Dans « la pire situation » que nous avons jamais vécue mon mari et moi, mon mari était atteint de la maladie neurocognitive avec corps de Lewy et moi, je perdais mon statut d’épouse pour devenir sa proche aidante. Mais, nous n’avons été entourés que par « le meilleur», surtout grâce à la présence assidue et constante du CLSC du Haut-Saint-François.

Je songe à notre premier répondant, l’ergothérapeute qui s’est toujours démarqué par son écoute attentive. Notre gestionnaire de cas s’est révélée une authentique fée tombée du ciel. Elle a su prévoir et répondre à nos besoins tout autant à mon mari qu’à moi. Quant aux infirmières et infirmiers, je peux témoigner, sans réserve, avoir vu de véritables soignants dans l’âme. Les accompagnatrices pour les soins d’hygiène et/ou de répit veillaient à bien prendre soin de nous. Je pense aussi au transporteur des équipements du CLSC qui, par sa compassion, nous a aidés à porter un regard libérateur sur la souffrance en insistant sur le meilleur et le beau que mon mari nous laisse. Et au personnel-cadre que nous n’avons jamais vu, mais qui est sûrement là pour autoriser, favoriser et faciliter un tel accompagnement qui rend possible, concrètement, le maintien à domicile.

Je tiens également à souligner la chance exceptionnelle que nous avons eue d’être soutenus par les voisins, amis et famille… qui se sont mobilisés, bien avant la pandémie, venant ainsi tisser de façon plus serrée notre filet de sécurité. En plus, un bénévole des plus présents s’est ajouté. Il s’est adapté, semaine après semaine, à la situation de mon mari.

À toutes ces personnes, recevez toute notre reconnaissance !

Violette Longpré
Au nom de la famille Daniel Rivard
Weedon

Au sujet Le Cantonnier

Le Cantonnier

Vérifiez aussi

À bien y penser

On ne peut changer le passé Mais on peut agir sur le présent Pour un …