Mia, des mots pour se dire

Mia, 17 ans, belle, forte et frêle à la fois, exprime avec les mots de ses chansons ses sentiments, ses émotions. Étudiante en 5e secondaire à la polyvalente de Disraeli, elle vient de remporter, lors du concours Secondaire en spectacle, le Prix de la langue française décerné par la Société nationale des Québécois, pour la qualité du texte de sa chanson Pardonne-moi.

Depuis toute petite, elle écrit ce qu’elle ressent, et la musique l’accompagne. L’écriture de chansons, c’est plus qu’un passe-temps pour Mia, c’est un prolongement d’elle-même. Les mots lui viennent, exprimant ses joies, ses peines, ses incompréhensions, ses espoirs aussi. La musique fait partie de sa vie, tous les styles de musique, d’Angèle Dubeau avec son ensemble La Pietà à Alexandra Stréliski en passant par le rap et les musiques émergentes. Bien que n’ayant jamais suivi de cours de piano, elle a appris par elle-même à en jouer. Mais elle ne fait pas qu’aimer la musique, elle en compose aussi pour accompagner ses textes. C’est une jeune artiste accomplie.

Mia Lemieux-Campeau. Photo par Yves Lirette

La pandémie affecte Mia. Privée de ses amis, elle a dû cesser des activités qui lui tenaient à cœur. Cette situation interminable a mis un frein à sa participation à la natation de compétition avec le groupe Les Équinoxes et à ses cours de cirque. Heureusement, elle a d’autres passions et la lecture en est une. Elle affectionne tout particulièrement les romans policiers et les suspenses. « Lire, c’est composer dans sa tête toutes les images, c’est se faire sa propre histoire », de dire Mia.

L’année scolaire tire à sa fin et elle entrevoit son entrée au cégep avec une certaine appréhension. Nouveau contexte avec beaucoup d’étudiants, c’est une autre vie qui l’attend, de nouveaux défis à relever, des amitiés à développer. Mais avant cette prochaine rentrée, il y a l’été à traverser ! Sera-t-elle animatrice comme l’an dernier ou poursuivra-t-elle son travail à la pharmacie ? Elle ira peut-être, encore cette année, au camp musical de Petite Vallée. C’est à voir, l’avenir le dira. Fera-t-elle carrière en musique ? Pas vraiment. Elle se dirige plutôt vers l’éducation spécialisée. Certes, la musique l’accompagnera toujours, et l’écriture aussi, car c’est une partie d’elle-même.

Mia se révèle une jeune fille accomplie, d’une belle simplicité, remplie de talent, avec cette étincelle au fond des yeux qui nous laisse entrevoir, pour un court instant, toutes les émotions qui l’habitent.

Au sujet Marie-Andrée Brière

Avatar

Vérifiez aussi

Appel aux artistes en arts visuels : Une saison 2022 en préparation

Après un long moment d’arrêt dû à la pandémie, l’art et la culture s’animeront en …