Et patati et patata : petite histoire de la patate douce

(Illustration par Mylène Croteau)

Par Mylène Croteau

Il y a la bonne vieille patate traditionnelle et ses variétés, celle que l’on préfère tantôt en purée, parfois en frites. Depuis quelques années, la patate douce, connue également sous le nom de patate sucrée, a fait son entrée dans les marchés d’alimentation et est fréquemment introduite dans diverses recettes, et certaines utilisations peuvent être surprenantes et absolument délicieuses !

Voici la petite histoire de la patate douce. Elle fut découverte au Pérou il y a environ 10 000 ans, et est cultivée depuis plus de 3000 ans dans les régions tropicales de l’Amérique du Sud et centrale. Entre le XIIIe et le XVIe siècle, les échanges commerciaux par bateaux ont permis à ce légume à racine tubéreuse de pénétrer les cultures de l’Afrique, de la Chine, d’Hawaï, de l’Inde, de la Nouvelle-Zélande, des Philippines et de la Polynésie.

La patate douce, vous en mangez déjà sûrement. Croquettes, galettes, gâteaux, muffins, pains, potages, ragoûts, soupes, tartinades, trempettes, elle peut être facilement introduite dans plusieurs recettes. L’essayer, ça peut être l’adopter, car elle est moins calorique que la pomme de terre habituelle et contient un cocktail merveilleux d’antioxydants, de vitamines A, B, C et E, de cuivre, de manganèse et de carotène.

Voici une recette prélevée sur le site internet de Ricardo (https://www.ricardocuisine.com), laquelle a été testée par cinq joyeuses marmitonnes et dont l’odeur a savoureusement titillé les narines de toutes les personnes qui ont eu le bonheur de circuler à mon lieu de travail ce jour-là.

PAIN HAÏTIEN AUX PATATES DOUCES

Préparation : 30 minutes          Cuisson : 1 h 30          Portions : 12

Ingrédients

  • 1 tasse (250 ml) de cassonade
  • 1 tasse (250 ml) de farine tout usage
  • 10 ml (2 cuillères à thé) de poudre à pâte
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de gingembre moulu
  • 1 pincée de cannelle moulue
  • 3 grosses patates douces pelées, coupées en cubes et cuites puis réduites en purée (chaude)
  • 60 ml (1/4 de tasse) de beurre non salé ramolli ou de margarine
  • 60 ml (1/4 de tasse) de graisse végétale ramollie
  • 60 ml (1/4 de tasse) de lait évaporé
  • 60 ml (1/4 de tasse) de lait de coco
  • 5 ml (1 cuillère à thé) d’extrait de vanille
  • 2,5 ml (½ cuillère à thé) d’extrait de rhum
  • 1 tasse (250 ml) de raisins secs dorés ou plus foncés

Préparation

  1. Préchauffer le four à 350 oF ou 180 o Beurrer et fariner un moule rectangulaire de 28 x 20 cm (11 x 8 pouces).
  2. Dans un bol, mélanger la cassonade, la farine, la poudre à pâte, le sel, le gingembre et la cannelle. Réserver.
  3. Défaire les patates douces chaudes avec le beurre et la graisse végétale. Ajouter le lait évaporé, le lait de coco, l’essence de vanille et l’essence de rhum.
  4. À l’aide d’une spatule, incorporer les ingrédients secs, puis les raisins.
  5. À feu moyen, cuire la pâte 10 minutes dans une grande casserole en remuant constamment avec une cuillère de bois. La texture de la pâte ressemblera à celle d’une pâte à choux, soit lustrée et collante. Répartir la pâte dans le moule rectangulaire.
  6. Cuire 1 heure ou jusqu’à ce que le fond du pain soit ambré et bien caramélisé. Laisser refroidir complètement avant de le couper en morceaux.

Variante

Remplacer ½ tasse de raisins secs par des canneberges séchées. Vous aurez ainsi ½ tasse de raisins secs et ½ tasse d’un autre fruit séché.

Important

La patate douce blanche à la peau violette est privilégiée dans cette recette, car traditionnellement, ce pain haïtien est fait à base de cette variété de patates douces et parce que la chair de la variété à pelure orange est plus humide et qu’elle contient moins d’amidon. Prévoir un temps de cuisson un peu plus long.

Au sujet Le Cantonnier

Vérifiez aussi

Le nouveau régime canadien de soins dentaires

Le Régime canadien de soins dentaires a été dévoilé au mois de décembre. La mise …