La crise du logement par ici

Au cours de l’année qui s’achève, les différents paliers de gouvernement ont été interpellés incessamment par la crise du logement. Tant et si bien que la nouvelle Entente Canada-Québec sur le logement, finalisée en novembre dernier, se traduira par des investissements combinés de lordre de 3189 milliards de dollars au Québec entre 2022 et 2028. Ces montants serviront à la construction de logements sociaux et abordables, la rénovation de HLM et la bonification du programme Allocation logement, selon un communiqué émis par la Société d’habitation du Québec. Même si les millions pleuvent, est-ce que le droit fondamental à un logement adéquat est garanti pour toutes et tous?

Le visage de la crise du logement par ici

En janvier 2023, le taux d’inoccupation des logements se chiffrait à 1,9 % à l’échelle du pays lequel n’a jamais été aussi bas depuis 2001, précisait la Société canadienne d’hypothèques et de logement dans son rapport annuel sur le marché locatif.

Plus près de nous, à Sherbrooke, ce taux était de 0,9 % tandis qu’à Thetford Mines, il se chiffrait au début de l’année à 0,8 %. Un marché est considéré comme étant en équilibre, c’est-à-dire qu’il ne favorise ni les locataires ni les propriétaires, lorsque le taux se situe autour de 3 et 4 %. La situation actuelle favorise donc les propriétaires qui profitent souvent de la situation.

Nous avons appris, lors d’une rencontre avec Mme Rosalie Audet-Paradis, directrice générale de l’Association d’économie familiale (ACEF) Appalaches-Beauce-Etchemin, dont les services couvrent les MRC des Appalaches, Robert Cliche, Beauce Sartigan, Nouvelle-Beauce et Les Etchemins, qu’il y avait eu 85 demandes de plus pour de linformation sur les droits des locataires sur tout le territoire en comparaison avec lannée financière dernière. Pour la MRC des Appalaches, 25 % des demandes portaient sur les droits des locataires à la suite de la réception dun avis daugmentation de loyer et de modification dune autre condition du bail.

Selon la directrice de l’ACEF-ABE, la crise du logement frappe surtout les familles monoparentales récemment séparées et les personnes aînées en transition vers une résidence. La pénurie de logements abordables fait en sorte que plusieurs personnes demeurent dans leur loyer, même insalubre. Mme Sylvie Bonin, coordonnatrice de l’ACEF-Estrie, qui offre des services à l’ensemble de l’Estrie dont les MRC du Granit et du Haut-St-François, nous a même affirmé qu’il arrive que des victimes de violence conjugale ne quittent pas le logis familial parce qu’il n’y a pas de logements abordables disponibles.

La crise du logement vient amplifier chez les locataires les impacts du manque de connaissance de leurs droits. Par exemple, ceux-ci ne savent pas qu’ils peuvent refuser une augmentation de loyer sans quitter leur logis, c’est pourquoi ils acceptent les augmentations, même abusives. Il faut dire que plusieurs propriétaires n’utilisent pas le formulaire proposé par le Tribunal administratif du logement (autrefois Régie du logement) qui présente clairement les options offertes aux consommatrices et consommateurs soit : accepter l’augmentation et renouveler le bail; refuser l’augmentation et déménager; contester l’augmentation et ne pas déménager.

Programmes de subvention au logement pour les personnes à faible revenu

La Société d’habitation du Québec collabore avec plusieurs organismes dans le cadre du programme Supplément au loyer lequel permet à un ménage d’occuper un logement privé en payant un loyer qui se limite à 25 % de son revenu. Une autre mesure est le programme Allocation logement. Les bénéficiaires peuvent profiter d’un soutien variant entre 100 $ et 170 $ pour aider à payer le loyer.

Augmentation de la défavorisation

Il importe de mentionner que l’augmentation de la pauvreté au Québec et au Canada, causée par l’augmentation des prix à la consommation, a accentué la précarité de plusieurs locataires. La part du budget consacrée au logement ne devrait pas dépasser 30 %. Actuellement, les gens qui travaillent au salaire minimum y consacrent 40 % et les personnes vivant sur l’aide sociale, 50 %. Les demandes de consultation budgétaire sont à la hausse à l’ACEF-ABE. Les inégalités sociales s’accentuent.

Pour aider ces personnes, les moyens sont limités, à notre point de vue. À titre d’exemple, L’ACEFABE dispose d’un fonds de dépannage de 5000 $ (1000 $/MRC) octroyé par le CISSS Chaudière-Appalaches pour éviter des situations menant à l’itinérance. Des sommes peuvent être versées aux personnes en difficulté suite à une consultation budgétaire.

Un autre outil permet de soutenir les personnes éprouvant des difficultés financières ou faisant face à des dépenses ponctuelles d’urgence. Il s’agit du Fonds d’entraide Desjardins qui est aussi offert en Estrie par Solution Budget plus. Le programme Fonds d’entraide Desjardins vise à soutenir les personnes éprouvant des difficultés financières ou faisant face à des dépenses ponctuelles d’urgence.

En conclusion, n’hésitez pas à demander de l’aide par téléphone, par courriel ou en prenant rendez-vous. Les ressources de ces deux organismes vous référeront au besoin.

Association coopérative d’économie familiale (ACEF) Beauce-Appalaches sise à Thetford Mines offre des services à la population de cinq MRC, dont la MRC des Appalaches

https://www.acef-abe.org/

Consultation sur rendez-vous par équité pour les personnes éloignées. Un délai de 48 heures pour un retour d’appel.

Du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h à 16 h 30.

Tél. : 418 338-4755 ou 1-888-338-4755

info@acefabe.org

________________________________________________________________________

Association coopérative d’économie familiale (ACEF) de l’Estrie sise à Sherbrooke offre des services à la population à faibles ou moyens revenus de la région de l’Estrie.

https://www.acefestrie.ca/

Du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h à 16 h 30.

Tél. : 819-563-8144

info@acefestrie.ca

À propos Le Cantonnier

Vérifiez également

10 MILLIONS $, ÇA NE CHANGE PAS LE MONDE… COMMUNAUTAIRE

10 MILLIONS $, ÇA NE CHANGE PAS LE MONDE… COMMUNAUTAIRE Par Mario Dufresne La Coalition …