Le nouveau variant BQ : ce que l’on en sait

Le variant BQ.1 et son successeur, BQ.1.1, progressent rapidement (Photo : gracieuseté)

 

En à peine un mois, un nouveau variant du coronavirus, BQ.1, et son successeur, BQ.1.1 (parfois appelé Cerberus), ont rapidement progressé. À la mi-octobre, ceux-ci représentaient 11 % des nouvelles infections aux États-Unis. BQ.1 a également montré récemment la plus forte croissance par rapport aux autres variants dans plusieurs pays d’Europe.

Si cela signifie qu’il se transmet plus facilement que ses prédécesseurs, cela ne veut pas nécessairement dire qu’il est plus virulent. Toutefois, le fait qu’il apparaisse en ce début d’automne — moment où l’on assiste, comme on le craignait, à une remontée des cas — n’est pas de nature à rassurer les autorités de santé publique. Si la tendance se maintient, les deux nouveaux venus seront dominants aux États-Unis, au Canada et dans certains pays d’Europe avant décembre. En date du 21 octobre, BQ.1 et BQ.1.1 atteignaient 16 % des cas aux États-Unis et en Europe. 

BQ.1 et BQ.1.1 sont eux-mêmes des « descendants » de BA.5, la branche d’Omicron aujourd’hui dominante dans plusieurs pays : elle représentait encore les deux tiers des cas aux États-Unis en date du 15 octobre, selon les plus récentes données du Centre de contrôle des maladies.

Les premières analyses des mutations de ces nouveaux venus incitent à la prudence. Selon une étude chinoise, BQ.1.1 serait capable d’échapper aux anticorps créés par une infection à BA.5. Ce qui suggère qu’il pourrait peut-être contourner la protection offerte par le vaccin.

La même étude suggère que l’un des récents médicaments à base d’anticorps monoclonaux (Evusheld), utilisé en priorité chez les patients immunosupprimés, serait moins efficace, voire inefficace, contre ces deux nouveaux variants. Ce qui, si le tout se confirme, ne serait pas une première : d’autres médicaments de cette catégorie ont dû être abandonnés dans la dernière année, alors que le virus continuait d’évoluer.

Plusieurs hôpitaux à travers le monde observent en ce moment la progression de ces nouveaux variants, et espèrent que les prochaines nouvelles seront plus encourageantes.

Source : Agence Science-Presse

Au sujet Guy Jacques

Vérifiez aussi

Des programmes qui s’offrent à vous

Les frais afférents à l’acquisition d’appareils auditifs ou d’aides de suppléances à l’audition peuvent constituer …