L’Enchanteur* de demeures

M. Lionel Bujold (Gracieuseté)

L’Enchanteur* de demeures

Par Daniel Blaser

Qui à Saint-Fortunat ne connaît pas Lionel Bujold ! Au village, dans les années 1990-2013, presque chaque maison a été embellie par la touche professionnelle de Lionel, soit pour la confection d’armoires et de comptoirs de cuisine, soit pour un meuble, toujours livrés à la plus grande satisfaction de ses clients. Reconnu par une facilité innée à trouver toujours la bonne solution d’intégrer ses armoires dans les anciennes maisons aux murs et planchers pas mal croches, il ne se rappelle pas exactement, mais peut-être en a-t-il réalisé 24, 25 ou 30 seulement à Saint Fortunat.

Ce sont les origines gaspésiennes de Lionel (il est né à Val-d’Espoir près de Percé) qui lui ont transmis les principes d’agir selon les valeurs d’une communauté « tissée serrée », où l’authenticité, la relation entre les personnes et l’entraide sont bien présentes.

À l’âge de 14 ans, la famille Bujold déménage à Montréal, et Lionel commence son apprentissage dans l’entreprise familiale de production d’armoires de cuisine, dirigée par son père et son oncle. Curieux de découvrir les couleurs de la grande ville, il fait une rencontre captivante, celle d’un chanteur, M. Guildo Levasseur.

Lors d’un de ses spectacles, Lionel a fait la rencontre de M. Roland Quinton. Dès cet instant, ils sont devenus de grands amis et ne se sont jamais perdus ni de vue ni de cœur. Quelques mois plus tard, Lionel, Guildo et Roland, tous les trois amoureux de musique, ont formé un groupe, Les Trois Cloches. Dirigé par Lionel au banjo et les deux guitares de Roland et Guildo, le trio a fait une apparition remarquée à la télévision, à l’émission de Roland Giguère, suivie par une série de performances à travers la province.

Durant toutes ces années, la joyeuse et ininterrompue amitié entre Lionel et Roland n’a fait que grandir, empreinte par des escapades à deux au Panama avec la Volkswagen de Lionel, et plus tard en Californie, avec la Camaro de Roland.

Dans les années 1970, Lionel Bujold ouvre, d’abord en 1972 à Jonquière, sa propre entreprise d’armoires de cuisine, et ensuite, en 1976, après la vente de la première, il en démarre une autre à Saint-Roch-de-L’Achigan.

Durant les années 1980, Lionel rend régulièrement visite à son meilleur ami Roland Quinton qui réside à Saint-Fortunat. Il tombe en amour avec le village. En 1988, il achète une propriété où il s’installe définitivement en 1998. Il me confie avec grande émotion que Saint-Fortunat ressemble beaucoup à son bien-aimé village natal en Gaspésie.

Aujourd’hui, à 82 ans, Lionel vit une retraite paisible sur sa terre remplie d’arbres. Il porte joyeusement le titre du patriarche des hommes dans la municipalité de Saint-Fortunat.

Longue et belle vie à toi, cher ami, Lionel Bujold !

*Au figuré : qui captive, qui ravit les sens, le cœur, l’esprit.

À propos Le Cantonnier

Vérifiez également

Pour ses 30 ans, le Comité de la fête nationale lance une invitation «RETROUVONS-NOUS À LA BELLE ÉTOILE»