Patrimoine culturel immatériel du Québec : Le temps des sucres à l’honneur

Nous parlons rarement du patrimoine immatériel et des pratiques traditionnelles qui colorent notre culture, notre terroir. La ministre de la Culture et des Communications, Mme Nathalie Roy, inscrit comme patrimoine immatériel du Québec les traditions du temps des sucres. Ces pratiques traditionnelles des membres d’une communauté, qui contribuent à leur sentiment d’appartenance, sont perpétuées au Québec depuis la fin du XVIIsiècle.

« […] Les traditions du temps des sucres sont devenues, au fil du temps, de véritables marqueurs identitaires. À défaut de pouvoir nous réunir autour d’une bonne table, dans le contexte actuel, il est important de perpétuer ces traditions qui constituent un élément distinctif de cette culture dont nous sommes si fiers », précise la ministre.

Préparation du sucre d’érable. Bas-Canada vers 1837 par P.J. Bainbridge. BAC 1988-10-03

Les traditions du temps des sucres englobent non seulement des connaissances et des savoir-faire propres à l’exploitation des érablières, mais aussi des pratiques sociales qui permettent aux Québécoises et Québécois d’exprimer leur côté festif. Elles forment un ensemble de pratiques culturelles ayant cours pendant la période printanière où la sève d’érable est recueillie, transformée et consommée. Les traditions du temps des sucres existent depuis plusieurs siècles au Québec, et la reconnaissance de ces traditions comme élément du patrimoine immatériel du Québec permet de souligner toute l’importance des cabanes à sucre et des produits de l’érable pour la population québécoise. Encore aujourd’hui, une part importante de la production et de la transformation de l’eau d’érable au Québec est artisanale et tributaire d’un savoir-faire transmis de génération en génération.

Au sujet Marie-Andrée Brière

Avatar

Vérifiez aussi

Appel aux artistes en arts visuels : Une saison 2022 en préparation

Après un long moment d’arrêt dû à la pandémie, l’art et la culture s’animeront en …