Qu’en est-il de la réussite scolaire ?

Afin de brosser un portrait de la situation des apprentissages réalisés par les élèves en période de pandémie, le ministère de l’Éducation a procédé à l’analyse d’un échantillon représentatif des résultats du premier bulletin : 198 écoles publiques et 16 écoles privées ont participé à la collecte de données. Pour effectuer cette analyse, le ministère a récolté les taux de réussite en langue d’enseignement (français/anglais) et en mathématiques (raisonnement) pour les élèves de 3e et 6e années du primaire et pour l’ensemble des élèves du secondaire. Les taux de réussite en sciences (théorie) et en histoire pour la 4e année du secondaire ont également été compilés et analysés. Les résultats obtenus ont été comparés avec le bulletin remis en février 2020 afin de déterminer les effets de la pandémie sur la réussite des élèves. Les personnes intéressées à connaître les détails de cette analyse peuvent consulter le rapport sur le site Web du ministère : http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/PSG/statistiques_info_decisionnelle/Rapport-bulletins-covid.pdf.

Sommairement, l’analyse révèle que la hausse du taux d’échec depuis le début de l’année scolaire n’est pas aussi importante que celle qui était appréhendée. Les taux sont demeurés relativement stables par rapport à ceux de l’année précédente. Au primaire, les résultats sont similaires à ceux obtenus l’an dernier, tant en langue d’enseignement qu’en mathématiques. En 1re secondaire, une hausse du taux de réussite est observée en écriture et en mathématiques. En 3e et 4e secondaire, une baisse du taux de réussite est observée en mathématiques. La 3e année du secondaire est l’année démontrant les plus hauts taux d’échec en écriture et en mathématiques, comme l’an dernier. Les résultats de 3e, 4e et 5e secondaire ne démontrent pas d’écarts significatifs par rapport aux autres niveaux, malgré l’enseignement à distance. L’écriture en 4e secondaire, les mathématiques en 2e et 5e secondaire ainsi que l’histoire en 4e secondaire sont les matières qui sont restées les plus stables.

Réajustements
Dans le but de mieux soutenir la persévérance scolaire chez les élèves dans le contexte actuel, le gouvernement a procédé à un nouvel ajustement du Régime pédagogique pour l’année scolaire 2020-2021. Il faut savoir que la dernière étape compte habituellement pour 60 %. Exceptionnellement, cette année, pour les élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire, la première étape comptera pour 35 % de la note finale, alors que la seconde sera pondérée à 65 %. Le ministère veut ainsi permettre aux élèves qui ont éprouvé des difficultés plus importantes durant les premiers mois de l’année scolaire d’augmenter leurs chances de réussir leur année scolaire et de poursuivre leur cheminement vers le niveau supérieur.

Le ministère a également mis en place un programme de tutorat et précisé les apprentissages prioritaires (les savoirs essentiels) en contexte de pandémie.

Questionnement
La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) se montre préoccupée par le changement de pondération, mentionnant que 65 % pour la dernière étape met beaucoup trop de pression sur les élèves et sur le personnel enseignant, surtout si on considère les possibles bouleversements pouvant encore survenir d’ici la fin de l’année, aussi bien sur le plan sanitaire que scolaire. La FAE souligne aussi que la perte de motivation des jeunes du secondaire en fin d’année scolaire est un fait avéré et que le retour du beau temps a malheureusement souvent raison de l’assiduité des élèves en classe.

La vision des parents
Au lendemain de la réception du premier bulletin de l’année scolaire 2020-2021, la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) a dévoilé les résultats d’un sondage réalisé auprès de 4 300 parents d’élèves provenant de 69 centres de services scolaires et commissions scolaires.

Cinq grands constats se dégagent :

– 29 % des parents ont remarqué une baisse dans ce bulletin par rapport aux résultats habituels de leurs enfants et 72 % de ces parents n’ont pas eu d’offre de soutien supplémentaire pour leurs enfants ;

– 55 % des élèves sont moins motivés qu’avant, comparé à 25 % à la rentrée 2020-2021 ;

– 34 % des élèves qui avaient un plan d’intervention l’an dernier n’ont pas eu de mise à jour de leur plan depuis le début de l’année scolaire ;

– 88 % des parents souhaitent que les activités parascolaires reprennent avec des mesures adéquates ;

– Globalement, l’adaptation à l’enseignement à distance serait plus difficile qu’à l’automne dernier.

La réussite éducative
Même si les résultats scolaires sont moins mauvais que ce qu’on craignait, les retards scolaires sont évidents, la motivation scolaire est difficile, et les restrictions sanitaires se prolongent.

Au-delà de la réussite scolaire, il y a la réussite éducative. L’adage dit : « Ça prend tout un village pour éduquer un enfant ». Éduquer, c’est aussi enseigner les moyens d’affronter les difficultés de la vie, telles qu’elles apparaissent au fil des années et des époques. Nous avons l’occasion d’éduquer ensemble nos jeunes à l’adversité. L’entraide et la solidarité demeurent de mise.

Pour sa part, la FCPQ a mis en place plusieurs outils pour aider les parents à accompagner leurs jeunes vers la réussite depuis le début de l’année : sessions de coaching, webinaires, formations, collaborations, guides, portail parents.quebec, etc.

Au sujet Jacques Beaudet

Jacques Beaudet

Vérifiez aussi

Braquons le phare sur nos paysages ruraux

La MRC des Appalaches est heureuse de lancer son tout premier concours de photographie qui …