Qui a dit que la nuit ne cachait pas de secrets ?

Illustration par Mylène Croteau

Par Mylène Croteau

Je ne croyais strictement rien aux sornettes dignes d’un hurluberlu, mais une histoire complètement loufoque m’a laissée pantoise. N’étant pas dotée d’un naturel crédule, j’ai néanmoins tenté, mais en vain, de retrouver l’endroit supposément théâtre d’événements abracadabrants. Voici donc cette aventure singulière que j’ai entendue.

Dans une petite ferme abandonnée, sise dans un minuscule patelin, se déroulaient des faits insolites. Certains personnages célèbres tels que Cendrillon, Tintin, le capitaine Haddock, Lucky Luke, son cheval Jolly Jumper, de même que le rigolo et terrifiant quatuor des Dalton, étaient sortis de l’histoire morne dans laquelle ils étaient confinés, en quête de péripéties grisantes. Ces valeureux héros, personnages vivant dans un monde en papier, désiraient goûter aux joies d’un environnement réel en profitant d’une totale latitude dans leurs mouvements.

La pauvre Cendrillon s’évertuait à dénicher la marque de décapant préférée de son infâme belle-mère : hélas, tout ce qu’elle trouva fut des bouteilles de détergent dont le contenu s’était évaporé. Tintin, le reporter-détective-globe-trotter n’élucida pas d’intrigues croustillantes, mais réussit tant bien que mal à mettre la main sur un morceau de pain ragoûtant pour son fidèle chien affamé. Quant au capitaine Haddock, ce marin d’eau douce, il croyait retrouver le trésor de Rackham le Rouge enfoui sous une vieille botte de foin, mais ne dégota que quelques pièces d’or en chocolat, déjà partiellement dégustées par des bestioles ayant la dent sucrée. Enfin, Lucky Luke, l’homme qui dégaine plus vite que son ombre, dut s’atteler à sa perpétuelle tâche : celle de ramener les sanguinaires Dalton au bercail. Ces derniers s’étaient rendus à la taverne du village et faisaient des sourires enjôleurs à une jolie brunette frisant la quarantaine dans le but de commettre un larcin : celui de s’emparer du contenu de la caisse.

Soudainement, chacun réintégra le livre dont ils étaient les protagonistes. Mais si vous aviez ouvert un bouquin par une froide nuit d’hiver, vous auriez pu constater que la trame de l’histoire était quelque peu différente.

En effet…

Cendrillon se fit réprimander par sa belle-mère, car elle n’avait pu lui apporter son produit préféré pour décaper le plancher. Dégoûtée de sa misérable existence de domestique maltraitée, exténuée dans toutes les fibres de son corps, Cendrillon décida de postuler pour le titre de Miss Monde, jugeant que les délicieuses courbes de sa silhouette et sa personnalité angélique lui permettraient de recevoir ce titre honorifique.

Quant à Tintin, n’ayant pu exercer son talent de fin renard, il s’associa avec le lunatique professeur Tournesol afin de concevoir une géniale invention bidon destinée à révolutionner l’univers. Le capitaine Haddock, déçu de ses insuccès en matière de trésor, s’envola vers les étendues désertiques du Sahara afin d’y implanter une plantation de verts sapins. Lucky Luke, las de courir sans cesse après les incorrigibles Dalton, se trouva une nouvelle profession moins essoufflante : laver des toits de ciné-parc en période hivernale. Enfin, les filous Dalton, éperdus d’amour pour leur belle brunette, se convertirent en honnêtes citoyens et tentèrent de racheter leurs maints péchés en devenant les honorables pasteurs d’un nouveau mouvement religieux.

Si vous passez près de cette ferme délabrée, à l’aspect vieillot, par une nuit dont le ciel est criblé d’étoiles, vous apercevrez un étonnant remue-ménage à vous laisser mi-figue mi-raisin ! Et peut-être, peut-être qu’il s’y passe, au moment où vous lirez ces lignes, des événements saugrenus !

Si par hasard vous retrouvez cette fermette vétuste et que vous avez la chance inouïe de discuter avec l’as de la gâchette accompagné de sa monture Jolly Jumper, et bien… gardez le cheval est octroyez-moi un rendez-vous avec Lucky Luke !

Source : Carrefour jeunesse-emploi de Lotbinière, journal La Relève, édition hiver 2001, Besoin d’évasion, texte rédigé par Mylène Croteau, collaboratrice de 2000 à 2002. Version du texte bonifiée et révisée en août 2016. Droits de reproduction soumis aux règles du copyright.

Au sujet Le Cantonnier

Vérifiez aussi

Gala d’amateurs à Saint-Joseph-de-Coleraine en février !

Par Guylaine Dubé Il y aura de nouveau un gala d’amateurs, le dimanche 5 février …