Au revoir Bernard Rouleau !

L’abbé et curé Bernard Rouleau saluant symboliquement la communauté (Photo par Mario Poulin)

Bien que ce ne soit pas la fin de son engagement sacerdotal, l’abbé Bernard Rouleau, en accord avec l’évêché, a annoncé en juin dernier la fin de sa cure dans la paroisse Saint-André-Bessette, laquelle prendra effet le 1er septembre prochain. Ayant succédé à l’abbé et curé Gilles Noël à l’été 1999, l’abbé Rouleau aura ainsi réalisé la cure la plus longue (24 ans) à titre de 12e curé dans l’histoire de la fabrique.

Cheminement

Originaire de Windsor en Estrie, il entre au séminaire de Sherbrooke en 1955 et complète sa formation au Grand Séminaire en 1967 avec son ordination sacerdotale. Débute alors son action comme professeur et animateur de pastorale au Séminaire, puis successivement vicaire à la paroisse Saint-Joseph de Sherbrooke (1971-1981), curé à Valcourt et région (1981-1999), et enfin curé à Disraeli et la région croissante, à savoir Beaulac-Garthby, Stratford, Ham-Nord, Notre-Dame, Saint-Fortunat, Saint-Julien, Weedon, Saint-Gérard et Lingwick (1999-2023).

« Je suis le prêtre le plus âgé en fonction dans le diocèse », note-t-il au passage. « La pensée chrétienne a toujours prévalu au formalisme au fil du temps et des changements. J’ai toujours été centré sur le Christ. » Il aura traversé cette période de réforme et de nombreux changements qui secouent les certitudes de l’Église et des croyant(e)s.

Dans son entretien avec Le Cantonnier, il affirme qu’il a toujours vu son rôle comme au service des gens dans ce qu’ils vivent. « Je pars heureux d’avoir été prêtre dans la communauté ». En réponse à la question, il identifiera la création de la chapelle de prière comme étant une grande réalisation. L’aménagement du local de catéchèse/pastorale paroissiale s’avère également une nouveauté, s’adaptant à l’évolution de la société. Les célébrations de type gospel et/ou western sont des exemples du souci d’accompagnement des fidèles. « J’ai suivi mon feeling », avoue-t-il.

« J’aurais aimé ne partir qu’à la fin des travaux de restauration de l’église Sainte-Luce. Toutefois, la récente reconfiguration du secteur aggloméré avec 9 communautés et un nouveau et jeune pasteur (l’abbé Louis-Philippe Provost), qui sera épaulé par une belle équipe d’animation pastorale comptant quelques diacres et plusieurs bénévoles, présentera une nouvelle dynamique. J’ai aimé et je suis content de l’équipe de marguilliers. J’observe une communauté qui s’est renouvelée et se renouvelle dans ses structures et je pars heureux d’avoir été prêtre pour vous et avec vous ».

L’abbé Bernard Rouleau quitte pour Sherbrooke où, sans être responsable d’une paroisse, il présidera des célébrations selon les besoins. Et c’est dans le cadre d’un repas communautaire tenu au sous-sol de l’église Sainte-Luce, le 23 juillet dernier, qu’au-delà de 250 convives ont salué la contribution d’un modeste prêtre fidèle à la mission d’une part, et célébré les liens développés dans les multiples rencontres vécues d’autre part.

Jean-Denis Grimard
Latest posts by Jean-Denis Grimard (see all)

À propos Jean-Denis Grimard

Vérifiez également

Saint-Jacques-le-Majeur-de-Wolfestown: Le maire Laprise satisfait des résultats de son méchoui

Saint-Jacques-le-Majeur-de-Wolfestown : Le maire Laprise satisfait des résultats de son méchoui Par Sylvie Veilleux La …