La pauvreté en ville et à la campagne : Entretien croisé avec Henry et son fils Jean

 

Fermier Henry
Fermier Henry

par Jean Boilard et l’aide de l’intelligence artificielle (I.A.)

À 85 ans, Henry a vu son village agricole du Sud des Appalaches évoluer de manière significative. Son fils Jean, qui a quitté la campagne pour la métropole, apporte un point de vue différent sur la pauvreté. Ensemble, ils discutent des réalités économiques et sociales distinctes entre la ville et la campagne.

Henry, comment décririez-vous la pauvreté dans votre village?

“En campagne, la pauvreté est souvent cachée. Les gens vivent de ce qu’ils produisent, mais quand les récoltes sont mauvaises ou que les prix du lait ou du porc chutent, ça devient difficile. On a moins accès aux services sociaux et de santé, ce qui aggrave les choses. Les entreprises qui faisaient vivre des municipalités ferment. La solidarité entre voisins aide, mais cela ne suffit pas toujours.”

Jean, comment comparez-vous la pauvreté que vous voyez en ville avec celle de la campagne?

“En ville, la pauvreté est plus visible et plus diversifiée. Les sans-abris sont nombreux et les écarts de richesse sont flagrants. Il y a des quartiers entiers où les gens peinent à joindre les deux bouts malgré les emplois. La pression économique est constante, avec des loyers élevés et le coût de la vie qui ne cesse d’augmenter. L’accès aux services est meilleur qu’à la campagne, mais souvent insuffisant pour répondre aux besoins.”

Henry, quelles sont les causes principales de la pauvreté en milieu rural selon vous?

“La principale cause est l’isolement économique. Les jeunes partent pour la ville, laissant les aînés sans soutien. Les fermes familiales ferment, remplacées par des exploitations industrielles. Les emplois sont rares et souvent mal payés. Les services publics et de proximité diminuent ce qui oblige à des déplacements pour se soigner ou faire des courses.”

Jean, quelles solutions voyez-vous pour lutter contre la pauvreté en ville?

“Il faut des politiques de logement plus accessibles, augmenter les salaires minimums, et offrir plus de soutien aux familles en difficulté. Les programmes d’intégration professionnelle et d’éducation sont essentiels pour sortir les gens de la pauvreté. Il faut aussi améliorer l’accès aux soins de santé mentale, car la pauvreté urbaine est souvent liée à ce type de problèmes. Il faut développer l’entrepreneuriat en ville comme en campagne.”

Henry, croyez-vous que les solutions urbaines pourraient s’appliquer à la campagne?

“Certaines, oui. Des subventions pour maintenir les petites fermes et des programmes de formation pour les jeunes agriculteurs pourraient aider. Il faudrait aussi améliorer l’accès aux soins et aux services sociaux en milieu rural. La clé est d’adapter les solutions aux spécificités de chaque milieu.”

Jean, pensez-vous que la métropole pourrait apprendre quelque chose de la campagne?

“Absolument. La solidarité et l’entraide en milieu rural sont des valeurs qui pourraient inspirer les milieux urbains. En ville, les gens sont souvent isolés malgré la proximité physique. Encourager la formation des communautés plus soudées et soutenir des initiatives locales pourrait faire une grande différence.”

En conclusion, quels sont vos derniers mots sur la pauvreté, chacun de votre perspective?

Henry : “La pauvreté est une réalité dure, que ce soit en ville ou en campagne. Mais avec plus de soutien et de solidarité, on peut améliorer les choses.”

Jean : “La pauvreté ne devrait pas être une fatalité. Avec les bonnes politiques et un soutien adéquat, il est possible de créer des opportunités et de redonner de l’espoir aux plus démunis.”

Cet entretien montre que, bien que les défis de la pauvreté soient différents en ville et à la campagne, ils nécessitent des solutions spécifiques privés et publics et de la solidarité pour être surmontés.

Jean Boilard

À propos Jean Boilard

Spécialisé en affaires électroniques, Monsieur Boilard a une formation universitaire en administration, comptabilité et possède un MBA en gestion de l’innovation en PME avec une prédilection pour la planification stratégique.

Vérifiez également

Carrefour-jeunesse emploi de Frontenac

Près de 2 M$ pour les Carrefours jeunesse-emploi de Lotbinière-Frontenac

par Jean Boilard et l’aide de l’IA Les Carrefours jeunesse-emploi de Lotbinière-Frontenac bénéficient d’un investissement …