Texte d’opinion : la langue française

Léandre Bergeron (Par Sylvie Veilleux)

Je viens de voir la nouvelle publicité du gouvernement qui parle du déclin de la langue française. Cette publicité est un documentaire qui parle du faucon pèlerin. Le narrateur utilise des expressions anglaises quotidiennement employées par les adolescents de nos jours. La première fois que je l’ai visionnée, j’ai beaucoup rigolé parce que, de nos jours, ce n’est pas rare qu’on entende ce genre de langage par notre jeune communauté québécoise, mais certainement pas dans un tel contexte et exprimé par une autre génération plus ancienne ! J’utilise moi-même plusieurs expressions et anglicismes nommés dans la publicité. Je crois que l’utilisation de ces mots est influencée par l’internet en raison des mots employés par les influenceurs et sur les réseaux sociaux.

Même si la publicité m’a fait beaucoup rire au début, avec du recul, je remarque qu’elle apporte une réflexion sur notre société et notre langue française. Je constate que plusieurs personnes ont de la difficulté à s’exprimer en français, surtout à utiliser un bon vocabulaire et à écrire les mots correctement. J’ai parfois de la difficulté à comprendre les messages de mes amis tellement il y a des erreurs d’orthographe. C’est aussi vrai pour des annonces et des messages écrits par des adultes. Ce ne sont donc pas juste les jeunes qui ont des problèmes en français !

Je ne pense pas que le langage des jeunes mis en exemple dans la publicité montre le vrai problème avec le français. Pour moi, en français, il existe différents types de langages. Par exemple, on n’utilise pas le même langage dans une conférence que lorsqu’on parle avec nos amis. Aussi, il y a une différence entre la langue à l’oral et la langue à l’écrit. Je crois que notre façon de parler avec nos amis permet de nous rassembler et de nous distinguer des autres. C’est une forme d’identité de groupe.

Pour finir, je pense que même si la publicité du gouvernement ne reflète pas les réelles difficultés avec le français, elle réussit à nous faire rire et à nous faire parler de l’importance de trouver des solutions pour sauver notre belle langue française.

Léandre Bergeron, 11 ans

À propos Le Cantonnier

Vérifiez également

Amélie Isabel - ambassadrice du Cantonnier

Amélie Isabel – ambassadrice du Journal le Cantonnier

    Dans son plan de relance, le Journal communautaire le Cantonnier bénéficie d’une ambassadrice …